Le Courage de ma MèreLe Courage de ma Mère
George Tabori

  • texte français Maurice Taszman
  • mise en scène Claude Yersin

- décor Charles Marty
- costumes Chantal Gaiddon, assistée de Séverine Thiébaut
- lumières Benoît Collet
- son Dominique Massa, assisté de Vincent Bedouet
- maquillages Catherine Nicolas
- régie générale Hervé Fruaut
- collaboration artistique Daniel Besnehard et Maurice Taszman

avec
Nathalie Bécue, Alain Libolt, Dominique Massa, Yves Prunier


Production Nouveau Théâtre d'Angers, Centre dramatique national des Pays de la Loire avec le soutien de la SPEDIDA


 

   
  A partir de l'histoire vraie de la déportation de sa mère, l'auteur juif hongrois George Tabori a écrit une pièce grave et ludique : une journée particulière de mère courage, une fable simple à l'humour acide, bouleversante.

Budapest, un jour de l'été 1944, les policiers arrêtent madame Tabori dans la rue, alors qu'elle se rend chez sa sœur pour jouer au rami. On la jette dans un train avec 4030 compagnons d'infortune. Direction Auschwitz. Mais le destin veille. A la frontière polonaise, un officier allemand fera semblant de croire à son histoire de passeport de la Croix-Rouge qu'elle prétend avoir oublié. Il la ramènera chez elle en première classe… Ce jour-là madame Tabori, seule survivante du convoi, arrivera en retard pour sa partie de rami.

A partir de cette histoire vraie, de ce petit miracle oublié dans un monde d'horreur, George Tabori, qui a perdu son père et une grande partie de sa famille dans les camps, a écrit une pièce qu'il a mise en scène en 1979 à Munich, avec Hanna Schygulla dans le rôle principal.

C'est cette " journée particulière " écrite par un metteur en scène méconnu en France, compagnon de travail de Brecht, scénariste de Joseph Losey et d' Elia Kazan, ami de Chaplin et de Garbo, que Claude Yersin a créée au Nouveau Théâtre d'Angers.

Récompensé par le prix de la critique George Lerminier, "Le courage de ma mère ", interprété par un quatuor de comédiens remarquables, est un hommage bouleversant et pudique à la vie.

CRITIQUES

 

PIL mercredi 6 février 2002

Le courage de ma mère au TU

Une histoire vraie Témoignage sur la Shoah, Le courage de ma mère s'inspire de l'incroyable histoire de la mère de l'auteur de la pièce, George Tabori.
En 1944, à Budapest, Madame Tabori est arrêtée alors qu'elle va chez sa soeur pour une partie de rami. Elle est embarquée dans un train pour Auschwitz avec 4030 autres personnes. Elle fait croire à un officier allemand qu'elle a oublié son passeport de la Croix Rouge. Il feint de la croire et la ramène chez elle en première classe, la laissant s'enfuir pendant son absence.
Ayant perdu son père et une partie de sa famille à Auschwitz, Georges Tabori écrit cette pièce pour sa mère. "Dans le courage de ma mère", il raconte avec elle, pour elle, cette histoire, il l'aide à la remémorer, à l'accoucher, presque, beaucoup plus tard' explique le metteur en scène Claude Yersin. Interprété par la troupe du Nouveau Théâtre d'Angers et présenté au TU en partenariat avec la MCLA, Le courage de ma mère possède une force résultant des événements décrits ( les arrestations, les wagons à bestiaux, le mélange d'angoisse et de résignation) et de l'humour décapant de l'auteur. Avec un happy end "qui ne dénonce qu'avec plus d'éfficacité les millions "partis en fumée au-dessus de la Pologne" ajoute Claude Yersin.

Marc Masen

OUEST FRANCE Nantes du Mardi 12 février 2002

Vu Un spectacle MCLA présenté au Théâtre Universitaire
Le Courage de ma mère, absolu et réel

Alors qu'elle se rendait chez sa soeur pour une partie de rami, Elsa Tabori est arrêtée et jetée dans un convoi pour Auschwitz. Nous sommes en Hongrie, un jour d'été 1944. Par un de ces miracles de la vie, Elsa Tabori sera relâchée par l'officier nazi en charge du convoi vers l'horreur. Unique survivante du groupe de déportés, Elsa Tabori se rendra finalement à sa partie de rami. Mais plus jamais sa vie ne sera comme avant. Sur la trame brûlante de cette histoire vraie, écrite par le fils d'Elsa, George Tabori, l'Angevin Claude Yersin signe une mise en scène pleine de force et de pudeur. Et il en faut de la pudeur pour dire l'horreur et le soulagement, les hurlements intérieurs, le rire déchirant de l'absurde. Par un dispositif scénique astucieux, les plus proches spectateurs se retrouvent plongés au coeur de l'histoire, témoins muets devant une tragédie à l'issue improbable, frères de scène happés par les ténèbres avant d'entrevoir la lumière. La force de la pièce réside aussi dans l'intensité créatrice des quatre comédiens de Yersin. Avec générosité et inspiration, ils nourrisent le Courage de ma mère avec une rare énergie. Sens du rythme, détails visuels, recherche sonore( en direct), la mise en scène, extrêmement soignée, n'abdique jamais devant la difficulté du pari : restituer le parfum douloureux d'un témoignage tatoué par la tragédie. Car l'histoire d'Elsa Tabori a cette beauté étrange d'avoir frôlé l'abîme et esquivé l'enfer. C'est l'historie du mirable timide mais absolu, minuscule îlot noyé dans un océan de larmes. Pourquoi l'officier allemand a-t-il sauvé Elsa Tabori ? Parce qu'elle a eu le courage de lui mentir?

Isabelle Moreau

Actualités MCLA Saisons 2001/2002 Espace Presse Liens Contact