ARCHIVES SAISON 2002-2003

 

     
 

" Petit psaume du matin "
Centre chorégraphique national d'Orléans
avec Josef Nadj et Dominique Mercy

  • Chorégraphie Josef Nadj

Costumes Bjanka Ursulov
Lumières Rémi Nicolas assisté de Xavier Lazarini

Coproduction Centre chorégraphique national d'Orléans - Biennale de Venise - Théâtre de la Ville, Paris.
Le Centre chorégraphique national d'Orléans est subventionné par le Ministère de la Culture et de la Communication - Direction de la Musique, de la danse, du théâtre et des spectacles, la DRAC Centre, la Ville d'Orléans, le Conseil Régional du Centre, Le Conseil Général du Loiret. Il reçoit l'aide de l'AFAA, Association Française d'Action Artistique - Ministère des Affaires Etrangères) pour ses tournées à l'étranger.

Coréalisation Maison de la Culture de Loire-Atlantique Théâtre Universitaire de Nantes

Du mercredi 19 au vendredi 21 février 2003 - Théâtre Universitaire de Nantes

 

 

 

A partir des mots de Paul Valéry, Josef Nadj compose un duo superbe où le corps magnifié part en voyage, pèlerin d'un espace imaginaire habité par une esthétique et une poésie fulgurante. Ici, c'est l'alliance de la danse, du partage et de la beauté qui est scellée. Josef Nadj, note avec justesse Jean-Marc Adolphe, " est un fabriquant de lanternes magiques, un architecte de fantasmagories qui redistribue les fantômes de son enfance slavo-hongroise dans la veine malicieusement burlesque d'un théâtre insomniaque. Dominique Mercy est un feu follet, un lutin mélancolique, à la fois clown lyrique et tragédien au cour d'enfant. L'un et l'autre sont des pèlerins enchanteurs, bourlingueurs d'espaces imaginaires, compagnons du tour des rêves, artisans des chansons de gestes. Ils colportent sur scène la fable sans cesse recommencée d'une humanité espiègle qui ne saurait habiter ce monde sans continuer à en nourrir la sève poétique " Né de la rencontre du chorégraphe Josef Nadj et du danseur vedette de Pina Bauch, Dominique Mercy, au festival d'Avignon en 1999, " Petit Psaume du matin " est un duo qui déborde d'inventions. Une heure de bonheur où la danse est à sa perfection. Avec en exergue ces mots de Paul Valéry : " Mon esprit pense à mon esprit. Mon histoire m'est étrangère. Mon nom m'étonne et mon corps est idée. Ce que je fus avec tous les autres. Et je ne suis même pas ce que je vais être ", Josef Nadj compose ici un singulier voyage, étrange, délicat, drolatique, irrésistible. On retrouve ici tout l'art et la manière du chorégraphe de Canard pékinois, les Veilleurs et le Temps du repli. A savoir une danse insolite qui scintille, un délice d'humour et de tendresse, une pantomime magnifique. Soixante minutes pour un psaume inoubliable qui fait du corps une des plus belles louanges.. Un spectacle co-réalisé par la Maison de la Culture de Loire-Atlantique et le Théâtre Universitaire de Nantes