ARCHIVES SAISON 2003-2004
   

 

 

 

Jeudi 11 et vendredi 12 décembre 2003 – 20h30 – Espace 44

Il n’y a plus de firmament
chorégraphie Josef Nadj

COMME UN FIL DE SOIE tendu entre les tableaux de Balthus, la poésie d’Artaud, les prairies vertes de l’Irlande, Rilke, le Japon et l’Italie, une création qui tisse la danse et l’imaginaire. De nouveau, l’art poétique et chorégraphique de Josef Nadj, l’homme des Veilleurs et du Temps du repli.
C’est en allant rendre visite à Balthus en Suisse que le créateur du Temps du repli a eu l’idée de cette chorégraphie. C’était quelques mois avant la mort du peintre, le chorégraphe avait fait quelques photos du vieil homme avec son chat. Ils s’étaient quittés sur cette phrase : « Josef, n’oublie pas mon ami Artaud, c’est important ».
Depuis lors, comme un fil tendu entre les tableaux de Balthus et la poésie d’Artaud, le chorégraphe a revisité Rilke, Tsoeing- Tseu, le Japon, l’Italie, l’Irlande. Il a relié ces espaces comme une araignée et tissé un labyrinthe où le spectateur entre comme dans un rêve.
Pour ce nouveau voyage entre danse et théâtre, il a invité Jean Babilée, 80 ans, un danseur de génie qu’on présente souvent comme le Nijinski de l’après-guerre… Ensemble, ils fixent le creux du ciel.


 
Actualités - Présentation - Saison 2003/04 - Espace Presse - Liens - Contact - Plan du site