ARCHIVES SAISON 2003-2004
   

 

 

 

Jeudi 22 et Vendredi 23 avril 2004 - Saint-Nazaire, Le Fanal Scène Nationale

Oncle Vania

D’Anton Tchekhov
mise en scène Yves Beaunesne
Une collaboration exceptionnelle avec le Fanal, Scène nationale de Saint-Nazaire

Pour Yves Beaunesne, la pièce de Tchekhov est une œuvre crépusculaire, qui parle de la fin d’une illusion, de la mort qui s’installe dans les draps de notre jeunesse.. Une pièce majeure du répertoire contemporain. Un sombre chant qui dit la fin d’un monde.

« Jour après jour, quelque chose nous quitte, il y a de la perte partout dans nos vies, et ce n’est pas triste : la mort s’installe dans les draps de notre jeunesse, et avec elle nous apprenons à aimer de façon plus apaisée. Les formes nouvelles doivent permettre le passage de l’ancien au nouveau.
Œuvre crépusculaire, Oncle Vania fait entendre un sombre chant. Oncle Vania parle de la fin d’un monde, de la fin d’une illusion. Dans une maison-labyrinthe aux vingt-six pièces, Tchekhov construit une langue nouvelle à l’architecture savante, comme un nouvel instrument d’opération de ce monde malade pour un écrivain que la médecine n’a jamais quitté. Cette maison est une ruche fantastique de mots qui ne se taisent jamais. Un peuple d’êtres jaillis d’un bloc, les jambes prises dans le marbre, les bras se dressant vers le ciel, et de la bouche entrouverte s’échappe un cri. Il n’y aura pas de bonheur, mais il y aura l’incandescence de l’instant lumineux qui rachète tous les retards et toutes les erreurs. »

Yves Beaunesne

                         

 

 
Actualités - Présentation - Saison 2003/04 - Espace Presse - Liens - Contact - Plan du site