ARCHIVE SAISON 2004/2005

 

 

 


vendredi 10 décembre 2004 – 20h30 - La Chapelle-des-Marais
samedi 11 décembre 2004 – 20h30 - Saint-Mars-la-Jaille
jeudi 13 janvier 2005 – 20h30 - Varades >>>>>>>>>>
vendredi 14 janvier 2005 – 20h30 - La Chapelle-sur-Erdre

George, une vie de chat
De et avec
Laura Benson
Conception et mise en scène Nathalie Bensard
Décor
Adrian Smith
Lumières
Agathe Argod
Costumes
Florence Lotz

 

Coproduction
Barnaby & Co., La Mésange, Scène 2, Hana Akkari, Agathe Argod, Nathalie Bensard, Laura Benson, Carolyn Benson, Vanessa Benson, Bodo, Clémence de Biéville, Antoine Getten, Corinne Honikman, Agnès Jaoui, Pascal Oyong-Oli

 

  George, prononcez « djordje » est un chat, mais pas n’importe lequel. C’est l’animal de compagnie de miss Peggy, une maîtresse très british, déglinguée et de sa fille Isabelle. Dans la peau du chat à qui elle a donné sa langue, Laura Benson, nominée aux Molière 2004, cultive le non sens et l’humour, le trash et la tendresse avec un brio époustouflant. Et les tribulations virtuoses de George sont à mourir de rire.

La vie de chat n’est pas toujours aussi rigolote qu’on le croit, mais elle peut-être franchement amusante. Un cas au hasard : celui de George (prononcez Djordje). Quand d’autres testent des petits plats pour la maison Félix ou bien courent après des canaris de dessin animés, lui est doté d’une maîtresse british déglinguée qui lui parle comme aux enfants. C’est Peggy qui, vodka aidant, a plutôt tendance à s’épancher et à le gronder quand il éparpille sa litière, joue avec les clefs ou chipe une tranche de saumon sans prévenir. C’est Peggy qui le chérit par-dessus tout et pour cause. Il ne la contredit jamais et il n’est pas encombrant (en tout cas moins que son ancien mari et que sa fille). Sa fille, c’est Isabelle qui un beau jour va recueillir George. Molle et masochiste, elle se réfugie dans la musique indienne et boit du lait de jument !
Avec ces trois personnages, Laura Benson, seule en scène, compose un spectacle hilarant. Sans postiche, sans grimaces, elle est Peggy la déglinguée, sa fille et cet incroyable chat dans des aventures que ne renieraient pas les Monty Python.
Ni monologue, ni suite de sketches : chat vaut vraiment le coup d’aller voir Djordje !

 
Actualités