ARCHIVE SAISON 2004/2005

 

 

 


Du mardi 28 septembre au jeudi 14 octobre 2004 – Espace 44
Représentations à 20h30 sauf le mardi à 20h et le dimanche à 15h
Relâche dimanche 3, lundi 4 et samedi 9 octobre
Matinées à 14h vendredi 8 et jeudi 14 octobre

 

Les Joyeuses Commères de Windsor
William Shakespeare

comédie librement imitée de l’anglais
(quarto de 1602)
L’Illustre-Théâtre - Compagnie Jean-Marie Villégier
adaptation et mise en scène Jean-Marie Villégier et Jonathan Duverger.
décor Jean-Marie Abplanalp
costumes Patrice Cauchetier
lumières Joël Rollot
maquillages Suzanne Pisteur
coiffure Daniel Blanc

Avec, par ordre d’entrée en scène
Alain Delanis
Didier Niverd
François Genty
Jean-Claude Fernandez
Jean-Marie Villégier
Stéphane Jaouen
Emmanuel Guillou
Alain Trétout
Karine Fellous
Agnès Proust
Jonathan Duverger
Béatrix Meunier

Durée du spectacle : 2h15 avec entracte

Co-production
Illustre-Théâtre/Compagnie Jean-Marie Villégier, Maison de la Culture de Bourges, Maison de la Culture
de Loire-Atlantique, Théâtre de la Coupe D’or - Rochefort, avec la participation du Jeune Théâtre National.
En co-réalisation à Paris avec l’Athénée Théâtre Louis Jouvet.

Le texte de la pièce est publié aux éditions Espaces 34

 

 

 

 

 

 

 

Toujours à l’affût de ce qui palpite dans le théâtre classique, le metteur en scène des Philosophes amoureux explore le burlesque échevelé des Joyeuses Commères. Avec audace et intelligence, il joue de l’anachronisme pour retrouver la verve de Sir William. Comme d’autres « dégraissent le mammouth » il met les chairs à vif pour donner à vivre du théâtre à l’état sauvage.

Après une belle promenade dans le XVIIIe siècle (Les Philosophes amoureux de Destouches), Jean-Marie Villégier et sa compagnie L’Illustre Théâtre abordent enfin Shakespeare avec Les Joyeuses Commères de Windsor.
Titre célèbre, mais peu joué en France, la pièce est la seule véritable comédie farcesque du grand Will.
Œuvre mineure composée, paraît-il, en moins de deux semaines, à l’arraché. Œuvre ébauchée, brouillonne et plus burlesque encore que farcesque. Œuvre devant laquelle les commentateurs souvent réservés ne reconnaissent qu’à demi la patte du maître.
Délaissant la traduction de François Victor-Hugo, et la version classique dont elle s’inspire, Jean-Marie Villégier est allé chercher une édition de mauvaise réputation bien plus dynamique, bien plus claire, publiée du vivant de Shakespeare. Est-elle plus authentique, plus infidèle ? Elle est en tout cas plus vivante. Et pour la rendre plus vive encore, c’est-à-dire accessible au public d’aujourd’hui, le metteur en scène a pris le parti de la transposition. C’est ainsi qu’en place d’expressions obscures comme le « régime français », Jean-Marie Villégier, lui parle de « dégraisser le mammouth ». Au final, c’est Shakespeare qui y gagne, et le spectateur aussi, saisi par l’énergie burlesque de Sir Will.

 

 

 

 

Nous vous invitons à venir assister
le mercredi 22 septembre 2004 à 18 heures
au Forum de la MCLA , 10 passage Pommeraye (entrée libre)

à la conférence de Jean-Pierre Villquin*sur William Shakespeare.

Un rendez-vous à l'occasion des représentations du spectacle

Les Joyeuses Commères de Windsor.

Cette conférence sera suivie
le mercredi 6 octobre 2004 à 18 heures,
d'une rencontre avec le metteur en scène
Jean-Marie Villégier
et quelques comédiens.

* Jean-Pierre Villquin a enseigné à l’université de
Nantes comme maître de conférences. Il est
l’auteur de nombreux articles universitaires et
traducteur de plusieurs pièces élisabéthaines
et jacobéennes.

Renseignements 02 28 24 28 15
 
     

 

 
 
Actualités