ARCHIVES SAISON 2006 / 2007

 

 

 


Bertolt Brecht / Omar Porras

Du jeudi 10 au vendredi 25 mai – Espace 44

de Bertolt Brecht
mise en scène
Omar Porras
assistante à la mise en scène
Bérangère Gros
Dramaturge
Marco Sabbatini

 

Décors
Jean-Marc Stehlé
assisté par
Audrey Vuong
Musique
José Luis Asaresi
Omar Porras
Chorégraphie
Fabiana Medina
Création lumières
Omar Porras
Création costumes
Maria Galvez
assistée par
Brigitte Bidiville
Irène Schlatter
Masques
Bernardo Rey
Accessoires
Laurent Boulanger
Peinture
Christophe Ryser
Sybille Portenier
Teinture
Marie-Cécile Kolly
Tapissier
Freddy Schaller

Construction décors
Jean-Marc Bassoli
Olivier Lorétan
Des ateliers du Théâtre de Vidy :
Michel Beuchat, Hervé Arletti, Thuy Lor Van, Bruno Dani, Stéphane Boulaz, Nicolas Widmer,

Nicolas Pilet, assistés par Marie Vernay, Hélène Bessero, Florent Nicolet, Adrien Gardel

Directeur technique
Olivier Lorétan
Régie accessoires
Laurent Boulanger
Régie plateau
Jean-Marc Bassoli
Régie son
Emmanuel Nappey
Régie lumières
Daniel Mome
Habilleuse
Marucha Castillo



Maître Puntila et son valet Matti de Bertolt Brecht est publié aux éditions de L’Arche, collection Scène ouverte, théâtre

 


Comédiens
Delphine Bibet
Jean-Luc Couchard
Louis Fortier
Stéphanie Gagneux
Pierre-
Yves Le Louarn
Fabiana Medina, Juliette Plumecocq-Mech
Emmanuelle Ramu
Emiliano
Suarez

 

 

Omar Porras est de retour ! Cette fois, il s’empare d’une pièce maîtresse du théâtre contemporain pour explorer, à la suite de La Visite de la vieille dame et d’Ay ! Quixote, une nouvelle facette des rapports maître et serviteur. Avec son imaginaire luxuriant, il met en scène une comédie du pouvoir haute en couleurs où la dialectique de Brecht et son talent de metteur en scène colombien font merveille. Composé en 1940, Maître Puntila et son valet Matti est une comédie en état d’ébriété. En une série de scènes cocasses, Brecht raconte les aventures d’un riche propriétaire –Puntila, c’est lui– qui voudrait marier sa fille Eva à un vieil attaché d’ambassade dont la bêtise est légendaire. Afin de grossir sa dot, il hésite entre vendre un terrain ou épouser une riche veuve et demande conseil à son valet doté d’un solide bon sens et d’opinions radicales –Matti c’est lui. Mais il y a un hic : quand il est ivre, le maître est généreux. Gentil, idéaliste, il a le cœur sur la main. Sobre, c’est tout le contraire. Dur, orgueilleux, calculateur, il méprise tout le monde.

À partir de cette ambivalence et de ce jeu de masques qui met en évidence les comportements de classe, le bon sens, le mépris, les humiliations et l’ambiguïté d’un valet à la fois juge et victime, Porras nous ravit.

Production : Teatro Malandro
Coproduction : Théâtre Forum Meyrin (Genève), Théâtre de la Ville-Paris, Théâtre Royal de
Namur (Belgique), Théâtre de la Place – Liège (Belgique), Maison de la Culture de Loire-
Atlantique – Nantes, Théâtre Vidy-Lausanne, Théâtre du Gymnase – Marseille, Espace Malraux
– Chambéry, Espace Bonlieu – Annecy, Château-Rouge – Annemasse, Festival de Teatro de
Malaga – Teatro Cervantès, Malaga (España).
Avec l’appui de la Ville de Genève – Département des affaires culturelles, avec le soutien du
département de l’instruction publique de l’Etat de Genève et le soutien de la Loterie Romande.
L’Arche comme éditeur et agent théâtral du texte représenté.
Traduction Michel Cadot.
Le Teatro Malandro est en résidence au Théâtre Forum Meyrin.